Nietzsche, généalogie

Nietzsche délicieux ! Généalogie de la morale, p. 12 (Idées Gallimard, 1974, toute une époque, et la mienne) : 

« un genre d’hypothèses généalogiques à rebours et d’essence perverse, genre vraiment anglais », sur Paul Rée, De l’Origine des sentiments moraux, 1877. 

En suite des Equipements de pouvoir, et en amont de Foucault, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », 1971. Et en contemporain de Saussure, sur le chantier d’une modernité de l’histoire, réinvention discursive/historique, de l’histoire.

Quel effort de double valeur, traduction, de « transmutation » elle-même, pour lire ce texte chargé. Hâte de voir comment s’en tire Foucault, techniquement, et manifestement Deleuze et Guattari pour la clinique et le désir. Et la pragmatique. Faut vraiment avoir des trésors à en extraire, indisponibles et inimaginés ailleurs. Voir si c’est vraiment – comment c’est vraiment, car la liaison historique est validée – par une épistémologie singulière. Une pensée de l’historicité (reconnaître ses formations dans la philologie, entre autres, avec ses ramifications anthropologiques, et par ailleurs le branchement sur le corps : physiologie, psychologie, désir, animal), une critique de la philosophie ?, etc., à recomposer. Genealogiquement !



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.