Nietsche lu par Foucault, Deleuze, Guattari – philologie

Estomaquée par la Généalogie de la morale, et donc je reste perplexe devant la lecture qu’en tire Foucault pour ses propres intérêts critiques. Quelle théorie du pouvoir ? Que fait-il de ce reste massif : la célébration de la tyrannie comme noblesse et vie ?

De même, que fait-il de la logique « paralogique » et « paradoxale », explicite chez Nietzsche, du trope, qui retourne à chaque instant la valeur de la valeur ?

Sur la vie et l’affirmation, dans ces termes : comment Deleuze et Guattari en tirent-ils leur désarticulation du capitalisme et de l’oedipe bourgeois ??

Oui sans doute son potentiel de déconstruction : de la vérité, de la liberté surtout. Et le potentiel de philologie – dont ils ne tirent pas forcément toute la charge linguistique. Pragmatique. Quoique, oui une problématisation du langage.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search