Nietsche lu par Foucault, Deleuze, Guattari – philologie

Estomaquée par la Généalogie de la morale, et donc je reste perplexe devant la lecture qu’en tire Foucault pour ses propres intérêts critiques. Quelle théorie du pouvoir ? Que fait-il de ce reste massif : la célébration de la tyrannie comme noblesse et vie ?

De même, que fait-il de la logique « paralogique » et « paradoxale », explicite chez Nietzsche, du trope, qui retourne à chaque instant la valeur de la valeur ?

Sur la vie et l’affirmation, dans ces termes : comment Deleuze et Guattari en tirent-ils leur désarticulation du capitalisme et de l’oedipe bourgeois ??

Oui sans doute son potentiel de déconstruction : de la vérité, de la liberté surtout. Et le potentiel de philologie – dont ils ne tirent pas forcément toute la charge linguistique. Pragmatique. Quoique, oui une problématisation du langage.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.