Walter Ong : expérience de classe

La lecture de Orality and Literacy – lecture de week-end, réservée pour les temps de blue sky research, soit le politique (énonciation du, par ex. dernièrement la lecture du mouvement gilets jaunes par le Laclauisme du « signifiant flottant », bonne idée) ) et le langage, plus directement que leurs configurations plus  complexes et élaborées des lectures de semaine, ces temps-ci genèse de l’islamisation du politique au Pakistan avec Ayesha Jalal, et histoire de-la-critique dans les Subaltern Studies avec Gyanendra Pandey sur « The Prose of Otherness » –

La lecture de Orality and Literacy donc : expérience de classe. Que je traverse en même temps que l’expérience de Meetic, sociologiquement cruelle, et la poursuite de la réflexion pédagogique dans une université populaire (ce qui inclut la question des étudiants étrangers, nouvellement remis en cause dans leur statut, projet d’augmentation des frais en débat et lutte dans l’actualité). Le point clé est le sentiment sociologique du désintérêt, et ses compléments éventuels de mépris, mutuel, entre une culture orale et une culture écrite, chiro- et typographique, qui se prend pour la culture.

Classes de la modernité et de la tradition, dont de manière très marquée l’effet mondial de classe, division internationale du travail qui s’est idéologisée en « différence culturelle », et colonialité.

Comment Ong fait relire les formulations de « la pensée primitive », Lévy-Bruhl, Levi-Strauss, Goody, dont je découvre les commencements dans le terrain de ces questions. 1968, Literacy in Traditional Societies, ed.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.