Philology of power – Gyan Pandey on Communalism

Guyanenda Pandey’s perfect methodology in The Construction of Communalism (1990, 2006) :

. the colonialist stereotype, from governmental and police archives, underlining the thin crust of modern historiography, as it pretends to invent traditions and reach back to the essence of castes, tribes, religious groups. Late construction.

. study of the construction – from earliest occurrences to relays and settling into a doxa, a discourse. The “communal riot narrative”. Historicisation.

. décomplété par : l’historicisation des groupes par le détail de leurs inventions d’institutions : associations de uplift social, et pas seulement soulèvements spontanés et sous-politiques

. et décomplété par : les différentiations, dont conflits, à l’intérieur des groupements faits par la machine administrative.

. et alors après : l’histoire politique, “history of the people” contre “history of the state” – entrer dans la boîte noire de la “community”. Alors c’est “Indian society”, et les luttes locales pour le contrôle de la terre, des marches et des ressources, et le changement social. “New occupational groups, new landholding communities, new caste perimeters (splitting up, coming together), new cults, new movements, new energies”. Ici Ambedkar, et les inventions religieuses, sectes, sectes-poèmes. Pratiques  sociales, et alors politiques, du religieux.

. et donc : la philologie des “ ‘historicalstatements”, “Myths, folk-tales, genealogies, histories of caste, region, nation”… 111. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.