Claude Lévi-Strauss / le « penseur indigène »

La Pensée primitive, 1962. Je pensais plutôt ne pas trouver beaucoup dans cette lecture, essayée comme point d’historicisation, point de généalogie. Mais : beaucoup, très frappant. CLS aux prises avec la transition, processus de dégager l’anthropologie de, disons pour faire vite, orientalisme exotisme et racisme, 19émisme.

Le travail d’écriture, d’approche rhétorique, pour pouvoir placer « un penseur indigène » (22), après pourtant un titre qui reste à « pensée primitive ». « La pensée que nous appelons primitive », 22.

Intéressant de voir la physionomie des arguments  qu’il a à contrecarrer, et comment il les contredit, par quoi. Sonnent étranges aux idiomes actuels sur les enjeux de l’épistémologique. Ligne de la lutte ici. Contre Malinowski par ex., 11.

Et état de l’épistémologie, science d’époque. France. Plus proche de sa génération au moins. « La systématique », « la science théorique », présentés, – c’est un argument de contexte que CLS discute -, comme synonymes.

Argument suivant, 25 : « un philosophe primitif ou un poète », auront la « sensibilité » et « l’intuition » d’un « déterminisme » « systématique » qui auront pré-vu un savoir que « la chimie moderne » (ici question des parfums) « avèrer »a quand elle aura assez avancé. Indigènes et poètes. « Enfants de dix ans ». Dans les peuples – Sibérie, Amériques, Soudan, Philippines…

Et alors, obstacle trace ou impedimenta historique nécessaire : la proposition du « paradoxe néolithique », 26. Le primitif et le néolithique, dans leur scientificité commune – avec la science elle aussi, très récente. Par là historicisée à sa mesure extrêmement partielle, ramenée à son échelle en regard d’un présentisme qu’il revient à l’anthropologue de décompleter.  Tiens d’ailleurs pourquoi ? Ici aussi anthropological assumption : plutôt au paléontologue. Qui sera-t-il si l’historien n’y accède pas ? Archéologue, linguiste – anthropologue avec moins le paradoxe néolithique que le colonial predicament.

28 : CLS arrive enfin à l’aboutissement rhétorique, où il a amené son lecteur à un changement d’idiome : « L’homme du néolithique ou de la proto-histoire est donc l’héritier d’une longue tradition scientifique. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.