Linguistes et géopolitique – 1895, 1915

Assez étonnant de voir les linguistes passer au commentaire politique. Renan (1888), Bréal (1895) et Meillet (1915), ici, rassemblés par le volume Lambert-Lucas de circonstance (2009). Bréal évoqué l’antisémitisme au moins (69), et se plaint de la dominance du « principe des nationalités » dont il date l’emergence à 1848 – au nom de l’humanité, de la liberté et du progrès ; contre tous les naturalismes linguistiques. C’est 1895.

Meillet écrit en 1915 et il s’agit de « l’hégémonie allemande » (76), à comprendre par l’histoire de l’expansion des langues en Europe, « l’unité celtique » puis celle germanique. Avec une équation absolue entre histoire de la nation et histoire de la langue. Et beaucoup d’animus contre « les Allemands de l’Empire et d’Autriche » (! 76). Avec, du coup, des accentuations assez opposées à celles de l’argument de Bréal, dans un contexte changé.

Saussure situé par ces textes : désingularisé pour une part (en particulier sur la question du naturalisme, et de « la vie du langage »), ce qui est de bonne discipline pour moi. Mais aussi : explicite sur le colonialisme, et …. ?

La question est : quelle pensée du politique est imaginable à partir du langage, et de la compréhension du rapport philologique de langue à peuple ? Ici, pas spectaculaire. Schuschardt peut-être, et alors Mufwene, très dérivativement. Langage et dêmos. Anthropologie historique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search