Linguistes et géopolitique – 1895, 1915

Assez étonnant de voir les linguistes passer au commentaire politique. Renan (1888), Bréal (1895) et Meillet (1915), ici, rassemblés par le volume Lambert-Lucas de circonstance (2009). Bréal évoqué l’antisémitisme au moins (69), et se plaint de la dominance du « principe des nationalités » dont il date l’emergence à 1848 – au nom de l’humanité, de la liberté et du progrès ; contre tous les naturalismes linguistiques. C’est 1895.

Meillet écrit en 1915 et il s’agit de « l’hégémonie allemande » (76), à comprendre par l’histoire de l’expansion des langues en Europe, « l’unité celtique » puis celle germanique. Avec une équation absolue entre histoire de la nation et histoire de la langue. Et beaucoup d’animus contre « les Allemands de l’Empire et d’Autriche » (! 76). Avec, du coup, des accentuations assez opposées à celles de l’argument de Bréal, dans un contexte changé.

Saussure situé par ces textes : désingularisé pour une part (en particulier sur la question du naturalisme, et de « la vie du langage »), ce qui est de bonne discipline pour moi. Mais aussi : explicite sur le colonialisme, et …. ?

La question est : quelle pensée du politique est imaginable à partir du langage, et de la compréhension du rapport philologique de langue à peuple ? Ici, pas spectaculaire. Schuschardt peut-être, et alors Mufwene, très dérivativement. Langage et dêmos. Anthropologie historique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.