Le fin : les traverses. Pourquoi ces délices ?

Fin de cet étrange projet de Nancy Huston, Lèvres de pierre, 2018, sur S-21 sous Douch, 216 :

Cette discipline est indispensable pour que la révolution l’emporte. Le crime est là, tapi quelque part en eux, on peutet doit l’extirper. Il suffi de fouiller assez loin dans le corps, on le trouve à chaque fois.

Oui du corps au mal (et à la liberté subjectivation), du langage à la valeur, dans  les entre-langues et entre-sexes, ces espaces circulatoires de la liberté. Une jouissance très particulière, la vie ? Ou l’échappée ? Quoiqu’il en soit. Tous les continus découverts. La même émotion. Multiplication de.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.