Marcel Mauss – sociologie et psychologie

Début dans Mauss sur la nation – « ou le sens du social », édition de Jean Terrier et Marcel Fournier, dans le cadre d’une ambitieuse « série Mauss » de Florence Weber aux PUF, 2013/2018. Il s’agit du rapport entre sociologie et psychologie qui m’importe et me titille – depuis Benveniste et Meschonnic, et les limites de la poétique sur le rapport qu’elle permet précisément de problématiser, avec foi, quant au carrefour du sujet transsujet.

Ce fil depuis Saussure, et sa difficulté dans Saussure, et tout le contexte d’époque que je cherche à sentir ou caractériser : la question émergente du social et la nouvelle forme du savoir – ou de la recherche en humanités – qui devient la psychologie. Dont en passant par la psychologie des peuples dans les sciences humaines allemandes. Le social qui émerge du thème 19ème de l’histoire (et des révolutions successives du 19e) ; le psychologique qui émerge d’une maturation de l’individualisme. Et… Dont, bien noter, la lutte que constitue cette émergence, frayage pas acquis d’avance : les éditeurs de La Nation parlent de l’élection de Mauss au Collège de France, 1930, comme « consécration pour le durkheimisme et pour les sciences sociales en général » (2), et comme « difficile », « nombreux débats sur la chaire à créer, de « chaire de philosophie sociale » tenue par Jean Izoulet, elle devient « chaire de sociologie ».

Entre sociologie et psychologie, le social et l’individu (qui va devenir sujet ? Quand ? Par quels cheminements historiques éventuellement parallèles ?), il s’agit aussi d’une nouvelle compétition dans l’espace des savoirs : humanités devenues, devenant, sciences humaines, et nouvelles sciences sociales. Nouveau partage épistémologique, en condition de scientisme, aura positiviste de longue portée, tournant des humanités aux sciences. Distances prises avec une certaine histoire des philologies. D’où le rôle clé de la linguistique, toujours.

Donc Mauss ici, dont volume Sociologie et psychologie, qui sera à voir, et puis Halbwachs, La Psychologie collective, éd. Thomas Hirsch, 2015, 1944.

Mauss :

les actes individuels de nature collective (xv, Florence Weber).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.