Mauss sur nation et nationalité

Mauss sur la nation (« adhésion consciente », processus d’intégration, sécularisation, nationalisation et par conséquence démocratisation) et sur la nationalité (« fétichisme national », « de sa littérature, de sa plastique, de sa science, de sa technique, de sa morale, de sa tradition, de son caractère en un mot », cité p. 32.)

A situer donc entre le débat 19e sur le caractère national (dont Humboldt, libéral devant qui, ligne Fichte ? Long débat, long cours de ce terme, orientant, et pôle autour duquel 1. se construit l’idéologie nationaliste et 2. les langues et le langage prennent une fonction critique pour le politique. Où la philologie, de patristique et ecclésiale à coloniale et semi-coloniale (disons, s’agisssant de l’Allemagne), passe à national(ist)e.

A situer, donc entre le « caractère national », concept idéologème de l’Europe 19e, et « les nationalités », question socialiste, communiste et internationaliste, très 20e. Mauss au pivot de ça.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.