Mauss d’époque, Mauss de recherche – nation/s

Mauss étonnant, entre aise dans les discours d’époque ( « civilisation » ambiguë, « hiérarchie et classification » « des peuples et nations », analogie biologique…), maintenant difficile à lire sans cringe d’inconfort, et frayage d’une sociologie de la nation – posée de fait méthodologiquement (so far) sur une philologie (« nation ») et une « histoire des idées » « comparée ».

Le « sens du social » : théorie de la formation = intégration de la nation (concept rendu à Abraham Kuenen, dans National Religions and Universal Religion, 1882, Oxford et Londres – d’où toujours cette généalogie marquée de la sociologie dans l’histoire comparée des religions ; questions du rite et du totémisme), prise de conscience (contre l’inconscient saussurien), comme advenue d’un sujet collectif de volonté, auto-déterminé. Tous ces problèmes et limites.

Mais ensuite la proposition clé du social comme intersocial – intercourse saussurien, qui reste bien plus pénétrant -, frontières, emprunts, nation = nations. Alors internationalisme = socialisme, le sens du social comme nation=nations.

Ensuite à se dépatouiller entre nation et nationalités, en période postWW1 à pacifisme épidermique.

Est-ce qu’une critique – sociologique donc – de l’Etat (ou : de la réduction du politique à l’analyse de l’Etat, vs une histoire des nations en devenir) implique le point de vue théorique de la pluralité relationnelle des nations ? Et alors l’internationalisme ? Et le choix des nations en concert contre le cosmopolitisme humaniste ou libéral ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.