Mauss incertain – les implications du social

Il y a contradictions et ambiguïtés chez Mauss sur la nation – soulignées, just a little apologetically, par Terrien et Fournier. Comme si le modèle durkheimien et le modèle socialiste n’avaient pas encore finit de calculer leurs implications sur la critique de la science politique, de la philosophie (politique), et autres discours dominants auxquels couper la parole au tournant du 20e siècle. 

Le social, comme concept-coupe dans les discours nationalistes, libéraux-capitalistes, colonialistes, historicistes, géopolitiques, du 19e. Un modernisme de la sociologie. A voir en rapport avec le modernisme linguistique, Saussure.

Cf p. 90  : récit de la formation des nations, comme arasement « achevé » des divisions et noyaux sociaux des autres formes politiques plus « primitives » : félicitations au titre de la « civilisation » quant au fait qu’il

« n’existe pour ainsi dire pas (plus) d’intermédiaire entre la nation et le citoyen, que tout espèce de sous-groupe a pour ainsi dire disparu, que la toutepuissance de l’individu dans la société et de la société sur l’individu s’exercant sans frein et sans rouage », mais doublées de la remarque : cela « a quelque chose de déréglé, et que la question se pose de la reconstitution des sous-groupes, sous une autre forme que le clan ou gouvernement local souverain, mais enfin celle d’un sectionnement. » – couper l’absolu, indeed. Couper : geste du politique et geste de l’historicité.

Also : citoyen, ou civility, comme seul périmètre imaginable. Quoique aussi l’individu. Mais. Place alors pour toutes les clines du sujet ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.