Mauss, nationalité, caractère: « fanatisme linguistique »

J’aime, chez Mauss sur nation, formation de la nation, nationalisation et nationalité, la prise en compte sérieuse, à titre de partie intégrante (c’est le cas de la dire, concept clé de l’intégration, reprise à Kuener), des langues et du langage. « Ensuite une nation croit à sa langue », parfait, 102 – et alors « elle fait effort pour la conserver encore plus que pour la faire vivre » etc. Et alors, « fanatisme linguistique », 103 ; « sont des faits tout à fait nouveaux qui expriment cette profonde individuation des langues modernes nationales, et, par la meme- celle des nations qui les parlent. » 103.

Mauss « encore » (?) proche des philologies – et certainement encore en pleine bataille, WW1 crisis point, des   ?? What ?

Référence à Boas, les éditeurs pointant vers l’emprunt et tremplin du concept de potlatch. Contre « les donnés de l’anthroposociologie » raciste Vacher de Lapouge ex., (pointé par les éds) Race et milieu social. Essais d’anthroposociologie, 1909.

On est bien alors dans les années du racialisme classique, et une décennie après Dreyfus, une autre avant le Traité de Versailles. Il y a donc déjà Boas, en effet, dans le tableau, – et Lapouge – et pas seulement la psychologie des peuples.

Le caractère des nations : sur ce long fil déjà ouvert par Humboldt et en face par Fichte et al, Grimms, je ne me souviens plus bien qui, Mauss apporte une variation conceptuelle, et idéologique, par historicisation de « nation » : c’est la nation qui fait la tradition (110), et le « caractère » passe d’une origine refantasmée par les idéologues du nationalisme à « en un mot, elles se créent un caractère collectif » (112). Il est donc : par la pluralité contemporaine et constitutive des nations (car intégration et nationalisation sont aussi, à la fois, des individuations), et par la « popularisation », pas forcément démocratique précise-t-il, de la nation. Constitution d’un sujet collectif, social, peuple entier. Contre le pouvoir des classes  de pouvoir. Ce n’est donc plus une essence refaçonnée, mais un devenir-collectif, qu’il appelle alors aussi, délicatesse ici, « conscience » et « effort conscient ». Volonté collective. Sujet politique.

106-107 : nationalismes 19e et 20e, des littératures, du domaine de la critique » : Taine, Hegel Voksgeist. Réaction contre progressisme (ses classes) et cosmopolitisme, humanitarisme, franc-maçonnique (107) du 18ème.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.