Mauss : penser le sujet collectif

Mauss cherche, en fait, à construire la compréhension d’un sujet collectif : le social. J’ai eu du mal à en comprendre la logique fondamentale, qui ne m’apparaît, tentative, qu’a la fin du parcours, 350 pages into La Nation. J’ai dû en passer par pas mal de méfiance, développements sur Rousseau et l volonté collective, toujours suspecte, et autres « conscience ».

Mais je crois, au prix d’une reconstruction par lecture systémique, par poétique de sa pratique conceptuelle autour de « conscience », qu’il s’agit de cela. Fouiller dans science commune, comme dans syndic, pour comprendre cet affect (« esprit de bonté » dit enfin tout, 337 je crois, le pathos de la sociologie naissante, chez qu’aussi en tout cas. Durkheim, à voir, partant plutôt sur le suicide par exemple.) D’où nation, international (« internation », plus singulièrement) contra cosmopolitique, etc.  Organisation, socialisation, syndicat, dont aussi trust, combine, consortium et omnium (capitalistes). Institution, aussi, dans cette série conceptuelle.

Pourquoi question d’époque, c’est ce qui est interessant à cogiter. Alors qu’est installé depuis les révolutions bourgeoises le bon individualisme si efficace et si largement insinué dans toutes les fondations des systèmes sociaux et symboliques – ceux arrivés à dominance en tout cas.

Voir éventuellement ce que ça dit des efforts de construction du « commun » après le communisme, actuellement.

Weber plus sourcilleux : méfiance sur l’organisation, prise par la bureaucratisation, et côté capital libéral. « Cage de fer ». Tous les libéralismes résistant au principe de l’organisation, dont la légende de la libre concurrence et du laisser passer, jusqu’à Hayek. (Weber plus contemporain de Saussure, publications majeures dans les années 1900 et mort en 1920.)

Placer aussi Gramsci dans cette histoire du début XXe. 1919 fondation de Ordine nuovo. Titre cité, ou repris sans référence en fait, par Mauss p. 351. Epoque, aussi, Mauss l’évoque explicitement, de l’invention du syndicalisme révolutionnaire en France, grève générale et action directe (351), comme forme politique, et qualité politique de l’institution « économique du bas », syndicat.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.