L’université, 2019 – ici et maintenant du savoir-pouvoir

Après la table ronde du 22 mai, 2019, « A quoi ça sert iune université », dans le cadre du Cinquantenaire de Paris 8, mené pretty much single-handedly par Hélène Fleckinger – TR avec Charles S, Anne B, Guy B, Sam C, Annie B, Isabelle T. Idées, thèmes qui se prolongent depuis formulation hier :

. perspective, et positionnement de praxis, « par le bas ». Expression reprise par le débat général, comme petit opérateur utile – point d’identification à un désir critique commun – dans l’actualisation de la réflexion (engagée depuis la LRU, longue séquence à épisodes rebondissements paliers depuis – systématiquement du fait des coups de pression, des marchés nouvelles franchies par le pouvoir)

. Anne B, note très éclairante : mon mot-de-passe « par le bas » pédagogique (sur lequel je suis dans un sentiment collectif, j’en hérite largement en effet, de Charles S en particulier) est relié à l’espace de la classe comme « dernier » espace d’autonomie universitaire, sans doute plus pour longtemps, les pénétrations ayant déjà commencé par différents biais

. NB : parution numéro de mai de la Revue des deux mondes – dont Dosse ! : voir ces faces, ou clivages, désolidarisations, adhésions déplacées, soudain ; repositionnement de JL Amselle par exemple, similaire – : quelque chose comme « Après Sartre, Foucault et ? : la pensée indigéniste entre à l’université ». Et je me demande si Guy B n’a pas dit aussi que Paris 8 était plus directement, plus explicitement visée.

. d’autant plus alors, la perspective à laquelle je veux tenir, pour tout ce qu’elle entraine de possibilité : Qu’est-ce que l’université – ou peut-être même qu’est-ce que l’université de P8 – comme lieu politique, et social ? et peut-être à voir même : comme lieu national ? Qu’est-ce qu’il s’y passe ? D’abord parce que le lieu est celui ciblé par la mondialisation delaconnaissance, pour des manipulations stratégiques de grandes manœuvres libérales. Approche micro, de terrain, « ethnographique » dit Charles lui aussi attiré dans cette dimension ces temps-ci ( = où est “le social” ? Où se fait la rencontre sociale ?) – après pour ma part, une longue tentative de sortir de la tension idéologique LRU par le haut et le large, le macro (à la fois rassurant et écrasant, hégémonique, il n’en reste plus que l’attrition) d’une géopolitique des savoirs dans la mondialisation. Chapitre « Sciences de la mondialisation ». Puis projet Plateforme Théorie critique / Université ouverte. Long feu : la tentative pour faire bifurquer un petit segment du projet d’EUR UPL 2017 ou 18 ayant échoué, et j’ayant lâché l’affaire dans le cadre 2019 de l’appel à projets EUR UPL, où j’ai donné mon nom-institution pour pilier d’un montage dont je me tiens à distance. Même si son nom est pris de mes télés, « Globalities / Mondialités ». How history works you. Grignote.

Il s’y passe des choses plus fines, complexes, et spécifiques d’un ici et maintenant que ne permet de saisir les différents fils de légende de P8, ni les réflexes des radicalités (surtout bobos). (Note : « légende » est un des point que Thomas B avait repris, effacé, dans sa contribution à ma trame de texte pour la TR de mars sur L’Accueil des étudiants étrangers à P8. Quelle contradiction ici, quelle gêne, divergence.) Mettre en historicisation la « pensée critique », par exemple. Y compris parce qu’elle faisait l’un des mots d’ordre du Quarantenaire, M. Riot-Sarcey en initiative.

  • la « pensée critique » (par exemple le réflexe de Guy B, oui Deleuze et al, mais aussi Melay ? etc, vrais parcoureurs de traverses disciplinaires : reprendre une histoire de la transdisciplinarité à P8. De même dans doute pour l’histoire de l’innovation pédagogique)
  • « la » tradition de mobilisations, étudiantes, universitaires, sociales et politiques.
  • les pratiques de l’international, et les idéologies de l’international, dans leur décalage entre énoncés et énonciations
  • le genre, d’abord Études féminines ;
  • les mouvements politiques d’époque : non-mixte, LGBT, Indigènes, ZAD, UFR 0… – et les réactions, apparition de l’UNSA, « droitisation » parmi les BIATSS au front des deux occupation du printemps 2018
  • les associations et mouvements étudiants, les syndicats étudiants même – étonnement écrasant de Charles S, actualité performative de l’UEAF   par exemple. Ici : les surprises du subalterne. Politiques des gouvernés (Chatterjee) ; « ce que les étudiants étrangers font de nous » et non seulement ce que « nous » (à) P8 faisons de « nos » étudiants étrangers. « Weapons of the weak » (James Scott). Y compris le politique de tous les infra-politique,  para-politique, a-politique, dé-politisation – « corruption », « mafia », réalités rejetées comme « communautarisme », mais aussi fascismes, …
  • les syndicats, même. Actuelle tension, La Dionysoise
  • questions actuelles du harcèlement – leurs traits contemporains, et leurs énonciations, performatifs locaux
  • politique des disciplines – et des objets d’enseignement. De toutes les pratiques et performatifs

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.