Expériences de l’interdisciplinarité : cartes des pouvoirs

Tiens, parce que je me rends compte que mes choix de lecture continuent à venir du choc d’intertextualité dans le comité de section CNRS (la 35, en faisceau malaisé), Canguilhem et Parry en particulier, note :

. que la philologie s’est territorialisée, en gardant son identité et sa dénomination pour le champ privilégié des textes grecs, et environs (latin et langues mortes ou anciennes- vivantes dans les textes). Et pour la pratique savante, à protéger en effet et à pouvoir financer, de l’édition critique de textes, sous-entendu inédits.

. que l’histoire des sciences quant à elle a pris une extension, et relations interdisciplinaires et interdiscursives (philo analytique, philosophie elle-même, mathématiques), dont je n’avais aucunement idée, et qui se révèle organisée comme un empire. Force de conviction par le pôle fait de sa masse de convaincus, et de légitimités scientifiques & institutionnelles cumulées. Impression. Un empire n’a pas besoin de légitimer ses formes de discours.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search