Expériences de l’interdisciplinarité : cartes des pouvoirs

Tiens, parce que je me rends compte que mes choix de lecture continuent à venir du choc d’intertextualité dans le comité de section CNRS (la 35, en faisceau malaisé), Canguilhem et Parry en particulier, note :

. que la philologie s’est territorialisée, en gardant son identité et sa dénomination pour le champ privilégié des textes grecs, et environs (latin et langues mortes ou anciennes- vivantes dans les textes). Et pour la pratique savante, à protéger en effet et à pouvoir financer, de l’édition critique de textes, sous-entendu inédits.

. que l’histoire des sciences quant à elle a pris une extension, et relations interdisciplinaires et interdiscursives (philo analytique, philosophie elle-même, mathématiques), dont je n’avais aucunement idée, et qui se révèle organisée comme un empire. Force de conviction par le pôle fait de sa masse de convaincus, et de légitimités scientifiques & institutionnelles cumulées. Impression. Un empire n’a pas besoin de légitimer ses formes de discours.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.