Agenda : Milman Parry, « peuple », poétique de l’histoire

Ça vaudrait le coup de passer un moment à tirer le fil synonymique et cognate de « peuple » et « populaire » dans Parry, dans les études homériques, le texte méthodologique sur l’histoire de la critique littéraire (ici au sens, 1934, de philologie, science du texte), et maintenant les notes de terrrain sur Cór Huso, poésie sud-slavique.

On y verra les équivalences théoriques, poèmes de théorie, entre populaire et tradition, poète = poètes=tradition (avec un statut, une qualité particuliers du public, sachant quelque chose de sa place et son rôle, ses faire, dans le rapport traditionnel – rapport implicite donc, à éclairer, entre public et peuple), compréhension approfondie et explicitée de l’équivalence entre traditionnel et oral

Critique du peuple, aussi, par « public ». Poétique du peuple : ou au moins distinction de ces deux plans – éventuellement laissés dans une co-existence conceptuelle malaisée pour le lecteur désireux des « conséquences ». Plan des langues (achéen, ionien, …, dialectes et question de la vitesse du changement linguistique) et plan des « styles », langues ou discours ou ici « mots » tragiques ou épiques. Dans lesquels glosses possibles, utilité primant sur signification, usage (métrique) sur sémantique, poétique sur linguistique. Les peuples locuteurs de l’histoire sont alors des publics de la tradition.

Conséquence encore : la tradition, critique de l’histoire, et des historicistes du XIXe. Dont dégagement de ses racismes et culturalismes.

Restera à calculer les conséquences de la proposition poétique de Parry pour critique, décomplétion, de la poétique légendologique de Saussure.

*

Ajout 4 juin : 450 :

The old romantic notion of the poetry as a thing made by the people is by no means a completely false one. The poetry does stand beyond the single singer. He possesses it only at the instant of his song, when it is his to make or mar. Make it or mar it he will as he is able to tell story well, but well told or poorly told a song must be made of the traditional themes and traditional verses.

D’où la question du modernisme de Saussure et de Parry, et la contribution de Meillet à. Une reprise critique du romantisme (de même, TS Eliot, une sacrée réarticulation, et d’ailleurs une nouvelle recomposition de l’histoire littéraire elle-même, explicitement), par la réarticulation de « peuple ». Modernité ici : un sujet critique et trans-sujet, l’invention du social, cf Anon. de Woolf (et les motifs de l’impersonnalité, de Flaubert à Joyce, Eliot, Woolf, sujets choraux, sujets transhistoriques, Ulysses). C’est une autre construction de l’histoire et, par tant, de l’anthrologique. Tournant du 20e siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.