Parry et l’intercourse épique

Parry sur le continu d’équivalence poet = poets = tradition = people. 441, dans l’étude sur Cór Huso :

We can learn ont only how the singer puts together this words, and then his phrases, and then his verses, but also his passage and themes, and we can see how the whole poem lives from one man to another, from one age to another, and passes over plains and mountains and the barriers of speech, – more, we can see how a whole oral poetry lives and dies.

Ici bien dans la ligne de la légendologie de Saussure, l’intercourse.

Quoique, quelques limites : d’une part rien n’est étudié des passages entre langues (outre la très fine proposition quant au rapport entre langue et «  style », dialecte et nature poétique de la gloss), ici contrairement à Saussure. Qu’on voit donc plus dans une narratologie. D’autre part il reste ce traitement, cette qualité émotive, attachée, d’amour, à l’appréhension de cette poésie, de la notion de tradition, et de ses horizons quant au/x peuple/s, c qui n’est pas une anthropologie. Mais un rêve d’anthropologie. Je connais ça et c’est par ma propre limite que je dois reconnaître la sienne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.