Parry et Saussure, suite : ethnologues – et poéticiens des peuples

Décidément on voir une histoire du parcours de Parry : Lord (Albert B.) le souligne, dans son « Homer, Parry, and Huso ». Dès la fin de la thèse, passage du traditionnel à l’oral ; puis en 1935, appel du terrain, pratique et transmission de la poésie orale, apprentissage du serbo-croate, et voyage dans les Balkans. Ethnologie, réflexivité soigneuse sur la dictée, le matériel d’enregistrement, les rapports ethnologiques (« a liar », true mark), les extensions d’Homère à Huso (Cór : borgne ! Peut-on avoir plus pittoresque?) et Nikola. Et alors discussion de l’anthropologie, via le folklore, par une poétique des cultures. A mesure massive : le changement anthropologique des cultures « unlettered » aux « literatures », « self-styled civilized people », qui s’ignorent dans leur propre particularité de régime poétique donc culturel et historique. (« Self-styled » is nice, s’agissant de « styles » écrit et oral).

Donc Parry « in native costume » (cf photo p. 439), et Saussure sur la piste de l’intonation en Lituanie. Longtemps avant la curiosité des Légendes, ou des anagrammes – ou la mise en objet, pour la linguistique (ou justement la sémiologie, beyond linguistics) de la littérature.

Excellence de l’excellence, les 7 pages de note de Parry pour son The Singer of Tales. D’ailleurs tiens, la question de la poésie narrative émerger aussi à ce stade, et celle de la pratique des thèmes d’une tradition. (Ingrédients de la composition, « making » : thèmes et style, soit forme de la diction).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search