Parry et Saussure, suite : ethnologues – et poéticiens des peuples

Décidément on voir une histoire du parcours de Parry : Lord (Albert B.) le souligne, dans son « Homer, Parry, and Huso ». Dès la fin de la thèse, passage du traditionnel à l’oral ; puis en 1935, appel du terrain, pratique et transmission de la poésie orale, apprentissage du serbo-croate, et voyage dans les Balkans. Ethnologie, réflexivité soigneuse sur la dictée, le matériel d’enregistrement, les rapports ethnologiques (« a liar », true mark), les extensions d’Homère à Huso (Cór : borgne ! Peut-on avoir plus pittoresque?) et Nikola. Et alors discussion de l’anthropologie, via le folklore, par une poétique des cultures. A mesure massive : le changement anthropologique des cultures « unlettered » aux « literatures », « self-styled civilized people », qui s’ignorent dans leur propre particularité de régime poétique donc culturel et historique. (« Self-styled » is nice, s’agissant de « styles » écrit et oral).

Donc Parry « in native costume » (cf photo p. 439), et Saussure sur la piste de l’intonation en Lituanie. Longtemps avant la curiosité des Légendes, ou des anagrammes – ou la mise en objet, pour la linguistique (ou justement la sémiologie, beyond linguistics) de la littérature.

Excellence de l’excellence, les 7 pages de note de Parry pour son The Singer of Tales. D’ailleurs tiens, la question de la poésie narrative émerger aussi à ce stade, et celle de la pratique des thèmes d’une tradition. (Ingrédients de la composition, « making » : thèmes et style, soit forme de la diction).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.