Le fin, sous

Combien il y a, il y a beaucoup, beaucoup, à dégager pour descendre dans le fin où se font les mouvements de frayage. Les rentrées universitaires sont un bon moment pour observer cette zone, quand elle est au bord de l’enfouissement sous les « actions » (ton weberien de ces semaines de lecture) professionnelles.

La zone du travail et de la jouissance : bon squelette des équations conceptuelles, nourries par bien de l’histoire ; et les pans de sens qui s’ouvrent, détente vers un plan neuf, qui a l’intensité des émeraudes fraîchement clivées du Purgatoire de Dante. Dégagement de liberté, yoga critique. La rareté de ses temps perceptibles, et l’étonnement de sa persistence souterraine, ses rapports se tissant par grandes brassées pendant qu’on ne pense pas.

 

Ça aide à comprendre l’ascèse, avec laquelle j’ai des démêlés. Qui est le chemin de silence vers cette qualité du fin.

Je l’oublie encore et encore.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search