Saussure et populisme : à l’essai

Si la prétention est que la légendologie de Saussure a des éclairages critiques a apporter au devenir du « peuple » dans la situation actuelle (soit : la poursuite de la mondialisation dans sa phase de résistance « populiste »), alors il faut que ses propositions sur le « peuple critique » fournisse largement plus qu’une critique des culturalismes identitaires, qu’on sait traiter depuis longtemps et sans Saussure aussi. Plus que l’arsenal des dénonciations de l’identité culturelle, jusqu’à racisme structurel.

. non seulement démontrer l’articulation profonde entre politique et culture dans la formation de la modernité européenne – reprendre un éclairage sur l’invention de l’Etat-nation, et ses profondeurs ou double-fonds coloniaux. Qui servirait : à éclairer une logique historique de longue durée et géographie mondiale, ce qui n’est pas négligeable. En rééquilibrant la part du culturel, non accessoire et non primitif/préalable/publiable dans l’équation à laquelle on arrive en 2019. Part du culturel dans le politique, comme forme moderne du politique justement. Politisme ; forme de la distribution, de l’organisation, du pouvoir

. mais aussi : que la puissance d’éclairage du « peuple critique » aille jusqu’à une historicisation du populisme, sans jugement ; hors la dénonciation. ( un programme latent ces temps-ci, depuis la table ronde 50aire de P8 : critique de la critique ; décomplétion des radicalités de bon ton). Observation de sa formation, lecture comme dynamique de l’anthropologique. Est-ce que c’est ça ? Y comprendre la force du populisme, désir de nation désir de groupe, réaction groupée groupante devant ce qui se présente comme effet de groupe, « musulmans », « migrants », « immigrés ». ? . Un fonctionnement de l’étranger. ? .

Et surtout une physique des groupes et des peuples qui permette d’envisager les réarticulations en politique, en démocratie, ou au moins en avenir, déblocage de l’histoire. Comment les populismes refont les peuples et peuvent les refaire.

Est-ce que « peuple critique » permet de critiquer, mettre à distance, la dénonciation de-gauche (liberal au sens anglophone) ? Et d’observer au ras les mouvements de peuple qui se forment et s’agencent actuellement ? En inventions politiques, devenir de la mondialisation (ouf, qu’elle bouge !), transformations, historicité et « vie des peuples ». Ce qui implique aussi de prendre au sérieux, prendre en analyse, les inventions qui froissent les valeurs de l’analyste (c’est un maigre souci, même s’il s’agit de la santé critique des producteurs de l’analyse, càd du sens contemporain du politique), et les inventions qui agencent des oppressions, exclusions, agressions, abus de pouvoir, dominations, dépossession politique d’autres agencements collectifs.

Il faudrait arriver à comprendre comment « l’affaire du peuple » conçue dans Kafka, Deleuze Guattari 1975, appartient à une situation de 1975. Et alors comment celle(s) de 2019 peut découvrir ses propositions critiques (possibly not the right term here), ses mots de passe.

J’en suis encore au mieux à « agencement collectif d’énonciation », « institution » (Castoriadis et alors Lapassade etc., cf fil de Valentin S.), populisme de Laclau. Tout est à réactualiser, historiciser. Parce qu’il faut inventer le contemporain – explanation as composition (Stein from the other end), faire sens des transformations du politique dans ce moment dans l’évolution de la mondialisation. – s’y rejoue, encore une fois et sur un enjeu inédit, à caractériser justement, le rapport entre culture et politique, ici identité et géoéconomie politique.

Réarticulation du national.

Il y a déjà eu plusieurs épisodes du national depuis la révolution néolibérale : les 80s activées sur le nationalisme et ses généalogies (déjà souci généré par ? A revoir exactement. Le Pen et les Beurs en France, certainement. En anglophonies ? Phénomènes du multiculturel ?), les 90s sur les « conflits ethniques ». 2000s avec le « terrorisme » ? Peut-on mettre en série ? Alors 2010s, thème, variation, « migrants », entre autres. La variation du visage du national est à suivre et historiographer.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search