Gay Pride in London : the politics of sexuality

Transit à travers Londres, entre St Pancras et Waterloo, samedi, suffit à croiser une foule en bribes, se dirigeant vers son rassemblement et son carnaval.

Je continue à chercher comment les sexualités sont devenues un tel espace du politique, de même que le racial ou ethnique-culturel, aux dépens si ce n’est pas au croisement du social/de la classe. Transnationalement et mondialement aussi. Quel contemporain politique, l’enjeu du patriarcat hétérosexuel, de la famille nucléaire capitaliste, etc.  Quel point de réarticulation de l’individuel libéral, du social, de l’ordre économique. Voir quand ça prend levier, Sixties, US. France et Europe, féminismes.

Ce que ça décomplète du politique, for sure. Rendant bien le politique à son histoire, une certaine histoire et même une certaine phase, très XIXe, dans les rapports de pouvoir, à histoire de longue durée. Politisme, qui s’est pris pour la politique et même le politique. Et qui s’est mis en récit par le libéralisme démocratique, ou plutôt par la démocratie libérale, la référence à la philosophie politique, l’Etat-nation-colonial-capital. Contre l’âge des princes. Il a fallu, contre les princes, le récit du politique. Peuple, polis, et alors nation.

Voir alors de près les temps d’articulation où genre et sexualité ont émergé dans les discours de logothète du politique-politisme. O de Gouges, Mary Wollstonecraft, G Sand, Mme de Staël devant Benjamin Constant… The Bostonians et les abolitionnistes, etc. Voir. A ces nœuds, les jalons de l’histoire à recomposer.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.