Antoine Meillet – linguistique science sociale

Bon correctif, bonne mesure, de découvrir Meillet dans ses termes, ou dans  sa situation dans la formation de la linguistique. On y rabat un peu sur l’originalité de Saussure, il y a donc des consensus et bons sens théoriques d’époque, et des buzz words (car les générations se succèdent très vite et les modernistes sont déjà rangés pour passer les Victoriens et Edouardiens au passé).

Meillet a déjà passé dans Durkheim, (extériorité et coercition des faits sociaux sur l’individu) quand Saussure est alors rapatrié à Genève et n’est plus, décidé de ne plus être, parisien. Et s’enfonce dans une histoire locale – Burgondes, toponymes, légendes, antiquarianism fin de siècle – où se travaille l’indifférence des peuples, contre la philologie germanique et ses courroies aux nationalismes. Marginalisation intéressante, minoration.

Parmi les bons sens : la langue système, la linguistique générale se substituant aux épistémologies particulières des philologies,  vision épistémologique claire et programmatique, modern-iste, de la linguistique comme science sociale et du langage comme fait social ; du tournant épistémologique du « XIXe siècle de l’histoire » au présent des « sciences sociales », « études sociologiques », ajoutées en connexe et concurrente aux physiologie et psychologie déjà établie par le positivisme.

Mais ici au point de « études sociologiques » on a déjà passé de Saussure à Meillet. A vérifier : que Saussure s’intéresse – plutôt ? – à Tarde.

Saussure  naît en 1857, Meillet en 1866. Il meurt en 1936.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.