Sociologique de Meillet – Saussure sans classes

Le mot concept de Meillet dans « Comment les mots changent de sens » est groupe : groupe particulier, qui pratique une « langue particulière », avec son « autonomie ».

Très singulier par rapport à Saussure. Qui pense en termes de peuples quand même, encore ?. Même dans la théorisation de l’intercourse, où il isole bien l’action de clercs portant leur propre culture et en chargeant la légende qui leur passe entre les langues. Ici on est sur la question de l’emprunt, que travaille Meillet dans cet article sociologisant. Soit : les phénomènes de changement de sens (ou de changement linguistique, aspect de, aspect social de, distinct de l’aspect « purement linguistique »), innovations sémantiques, particulièrement denses dans certaines zones de la pratique historique d’une langue : « groupes particuliers », par exemple par l’argot (solidarité de groupe et distinction par rapport à la « langue commune » uniformitaire, ou par l’emprunt à l’étranger, par contacts de groupe ou caste. Alors que la langue commune est donc l’espace du frein maximal, et sert à maintenir le pôle de l’uniformité. De groupe à langue commune, il y a « emprunts à l’intérieur d’une même langue » (252).

252 : « car c’est seulement dans les vocabulaires spéciaux que nombre de notions nouvelles ont trouvé d’abord une expression propre et exacte. »

De plus : les groupes particulièrement groupes, ceux qui produisent maximalement l’innovation et la particularisation du sens, sont les « groupes de prestige », « notamment … aristocratiques …et groupes savants », 251, « les individus qui n’y ont pas accès se plaisent à en reproduire les usages, et notamment le vocabulaire. »

Saussure rejette les individualités sémantiques. Il bataille pour le social de l’historique, et pour l’inconscient linguistique, collectif. Et à vrai dire n’envisage que le géographique comme individualisation de groupe (vérifier). C’est dans ce sens qu’il insiste contre la littérature, qui fixe et qui identifie des auteurs, innovateurs. Qu’il insiste sur la langue, tout en dégageant la perspective du discours : car il n’y a d’appréhension du discours que si on a bien la vue sur l’opération de la langue. Pas de classes ou de « groupes particuliers » chez Saussure (de même, la butée qui me gêne dans Benveniste), mais encore des peuples, même si la théorisation du peuple comme inconscient, et comme intercourse, est la percée décisive.

Par là aussi qu’il manque le plateau théorique que va découvrir  Parry. Qu’il peut y a vrai des cultures, historiques, de l’écrit et de l’oral. Vice versa, de fait.

Parry et Meillet (rappel effectif : Parry fait sa thèse avec Meillet, qui lui a suggéré la question de la culture orale) appartiennent bien à ce qu’on peut situer métaphoriquement comme la génération qui succède à Saussure. Est-ce une question d’acquis digéré, maintenant, de toutes « les conséquences » du concept de langue ? Qui les laisse plus libres d’aller conceptualiser les effets sociaux du discours ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.