Sur Saussure : « histoire des sciences humaines » – comédie de la légitimité

Avec le CoNRS, expérience radicale de l’interdisciplinarité que j’ai déjà notée avec exclamation ici à plusieurs reprises, j’apprends à renommer ce que je suis en train de faire avec Saussure : histoire des sciences humaines. C’est un point de vue, mais c’est aussi le point de vue d’un point d’existence épistémologique, avec sa charge de légitimité et donc de pouvoir. Not to be sneezed at, that said. (J’aimerais plutôt, j’ai aimé plutôt, appeler ça une poétique, du peuple en l’occurence. Quel peuple/public, instance de légitimation sociale, va reconnaître ça ? Intéressant de voir mon propre tortillement et jusqu’à mes prétentions/hontes/jalousies,  dans le contexte du CoNRS : « me retrouver » avec « les littéraires », alors que le cercle enchanté des historiens des sciences humaines… Sentiment sociologique.

Ce Récit d’une légitimité de ces certains objets à une histoire, une formation. On peut fouiller dans ses fondations pour y montrer les coups de pouvoir et les stratégies de réinvention identitaire. Se haussant en valeur scientifique. Au CNRS cette activité est centrale, car la valeur scientifique est la majeure, en purisme. Dans ces gestes des fondations et prétentions, on discernera des individualités, qui font des coups. Des prétentions à champs et territoires, à pilotage d’institutions, etc. On discernera des coups conceptuels, souvent sans doute des bifurcations critiques qui relèguent des valeurs scientifiques établies à des plans matériels « dépassés ». Ce sont les avancées ordinaires, qu’on peut  raconter par la perspective héroïque, de la marche de la critique. « Avancée », oh God, « de la science ».

Je pense aux Philologiques de Werner et Espagne, Transferts culturels (que TransCrit, nom de mon « laboratoire », a calqué : perfectly close to home, and perfectly involving myself). La très grande admiration que j’ai pour cette séquence, qui s’ajoute à celle que j’ai pour PR-F, l’une de ses praticiennes de génération suivante (elle y apporte beaucoup, aussi, pas épigone), n’empêche pas l’intérêt pour la généalogie. Y a-t-il à distinguer les prétentions et les valeurs de la légitimité ? Le gain de statut qu’on cherche à y acquérir, et le mérite de la matière qu’on apporte au projet d’une discipline ? La matière, en science, étant un faire critique, justement. Il y faut des ego, puisqu’il y faut des sujets.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.