Quoi – de la culturalité du pouvoir ?

J’aimerais bien savoir, tiens.

Cette intuition, ou forme qui se présente à ma faim d’imagination : que la « culturalité du pouvoir » (tiens, je remarque que vient également sous la plume un assemblage de mots dont il faut comprendre en fait la différence : culturalité du politique), que je retiens de la pensée postcolonial en particulier mais aussi de tout le mouvement réactif de l’academic pride des « humanités » (mot de la mondialisation, tiens ; anglicisme de combat, déjà hypothéqué), fournisse un point de vue utile, un levier, pour déchiffrer quelque chose de la configuration du pouvoir dans la mondialisation actuelle, soit les évolutions les poussées, très mobiles et contradictoires, de « la mondialisation ».

Contre qui, d’abord ? Idéologie culturelle, idéologie ou culture du langage (Chiss), hégémonie et épistémè, d’une machine de pouvoir qui. Économie, postindustrie, financiarisation (en est-on encore là ?), géopolitique ; inégalisations (dont dans les processus de mondialisation même, et de ses aspects, mobilités en particulier, et transferts entre local et métalocal).

Tirer au clair : ce que « la mondialisation » utilise, instrumentalise, et simplement reconfigure sur son passage, du culturel. Ce qu’elle construit, aussi, comme culture et idéologie culturelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.