Confessions – sujets universitaires, leurs différences

Question : comment me situer devant une personnalité comme celle de Nasser Fakouhi, rencontré hier grâce à l’entremise de CH.  Pour un rapide profil et sans doute bien écorné sur le plan des subtiles synergies entre pratique-et-position de pouvoir et talent rhétoriques : page wiki.

Tristesse des forces, sociale, professionnelle, intellectuelle, limitées, devant de tels exemples éclatants. Bonheur par contre évident de rencontrer, côtoyer, bénéficier d’une observation de, ces forces au plus musclé et sanguin – par l’exercice souvent très étonnant des amicalités (internationales surtout, c’est toujours la protection de jeux parallèles, sans occasion de croisement autre qu’inoffensif et même narcissisant) universitaires.

Nasser fort en savoir, éducation solide et quotidienne aux points les plus ambitieux de l’étau (car si je comprends bien il s’est donné le programme d’une pratique universitaire tôt articulée avec une pratique de l’intervention publique et jusqu’à nationale, dans les médias etc.) – fort en savoir, donc, sur la praxis fine, paradoxale, pleine de surprises ironiques et parfois jubilatoires (et parfois chaudes, for sure – pratique des interrogations par la police secrète), des interactions dans l’espace de la parole publique. Ces grands remous houleux et confluents impossibles.

Pratiquer la « pathologie » de l’anthropologie urbaine et parler public. Articulation virtuose – il parle alors très centralement de l’histoire de la poésie persane et de ses longues histoires de cryptage devant le pouvoir, culturel en particulier (à forme religieuse souvent).

Pratiques du pouvoir et des interdits. Reproblématisation de la loi et des pratiques de l’obéissance / de la liberté.

Confessions : prendre de front, ou par les biais que présentent les opportunités, la perplexité de la situation du pauvre et informe sujet biographique dans des conditions qui le déterminent – environnement politique et ses références sans cesse plastiques ; environnement social et professionnel des conditions pour le savoir. Le biographique se donne à travailler, par ses inconforts qui sont des signaux de contexte, et de transformation de contexte. Indices, tâtonnant, comiques, de reformations de contexte qu’il s’agit de saisir, suivre, analyser. Prendre le pouvoir par là où il descend dans les corps et les énergies mentales morales politiques.

Confessions : au fin du politique, informe, précisément où – càd quand – le politique prend/se donne forme. Soudain unrecognizable, et à connaître. Surprises : peut-être parce qu’on y reconnaît un thème politique massif mais soudain incorporé ici, on en est le jouet ou le sujet (effet de classes, de nationalité, de toutes relations de pouvoir culturelles et sociales, de réflexes de famille politique, etc.). Et peut-être parce que ça ressemble à rien. Va-t’en faire quelque chose avec ça.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.