Nouveaux médias : le carrefour à valeurs ouvert

Il faut savoir comment évaluer la puissance d’un système culturel – on peut glorifier, et s’émerveiller, de nouveaux médias ; tout autant que prendre acte douloureusement des pertes de valeurs sociales rayonnant depuis des formes en déclin (la littérature, les études littéraires, les sciences humaines, les cultures humanistiques très globalement : modernité culturelle, formes culturelles de la modernité, s’agissant de l’Europe au moins) : mais tout est ouvert quant à l’analyse et un diagnostic de ces évaluations.

Comme le suggère Alan Liu dans « Imagining the new media encounter » (fancifully, mais avec un coup de référence éclairant dans Lyotard et le pagus, comme dans Pratt et la contact zone : entre littérature et média, codex et numérique) : c’ est toute la reconsidération de la culture du livre qui se donne à imaginer, et nous en sommes tous à tâtonner vers des évaluations, des « surmises », lectures de l’histoire et des transformations historiques, en devant choisir des échelles de temps (depuis Socrate ? Depuis …?), des plans d’immanence, des points de vue et points de lecture… Il y a tout le canon nouveau à faire, et toute l’histoire à refaire. La responsabilité est ici. Dans un champ carrefour, exactement, et traversé de toutes part par des prétentions en compétition.

Il y a des plus ou moins bien dotés en ressources pour cette compétition. That’s the stake, et des dépossédés, et des upstarts, nouveaux riches. Sociologie de : permettra, comme toujours, un tableau des luttes, et une histoire présente du pouvoir.

Lutte pour les interprétations. Les récits de.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.