Sociologie politique du Moyen-Orient : pour de compléter

Lecture continue de Hamit Bozarslan (qui a travaillé sur l’histoire contemporain kurde), 2011.

Evidence lumineusement démontrée : les apprentissages critiques quand on se met à étudier l’histoire politique, et les configurations historiques du pouvoir, hors des corpus européens où ces disciplines et leurs concepts et catégories ont développé leurs réflexes contextuels. Tout ce que ça décomplète, et alors tout ce que ça l’illumine et réhistoricise.

Ce que c’est qu’un État, pour commencer. Et ce qui relève, ou non, du politique (p. 65-66, citant des chercheurs qui proposent de lire dans certains mouvements de démobilisation des effets d’une politique par le bas, ou du côté de Chatterjee ça irait vers « politique des gouvernés », etc. : « la portée des actions collectives de tous les jours dont X, X, soulignent le caractère éminemment politique ») : Scott sur les arts de résistance des subalternes, JF Bayart, etc. Démobilisations, faiblesse des expressions politiques macro (de « l’action collective ») et en regard « une myriade d’engagements et d’actes de résistance à l’échelle micro ».

Il y a aussi la politique – les politiques, même – de l’apolitisme. Puis aussi les parapolitiques,  « replis » organisés sur diverses bases elles-mêmes ordonnancées (en hiérarchies et structures de domination internes) : appels des oulémas à la justice (fonctionnement par mots d’ordre, il leur faut donc des intellectuels, en logothètes), tribus, quartiers, confréries, communautés (au sens des communautarismes), villes et leurs lieux et carrefours politiques (le café le hammam l’épicerie…)… très bonnes pages 66-71. On parlera d’associations.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.