Je n’y comprends rien

Il faut aussi refonder le point de savoir, de temps en temps sans doute, dans une véracité remise au net, déposant son réseau d’assurance tissée par les discours longuement construits, les repères encore actifs, les prises encore convaincantes, termes critiques in currency. Et réévaluer : je n’y comprends rien, « fraud » (dit JJL lui-même), et pour cause : on est situé, peut-être « comme intellectuel », dans une zone d’idéalisme qui est une zone sociale, de marginalité plus ou moins choisie soit adoptée et positivée, appropriée. Refaire, chaque fois, la théorisation et l’effectivité historique, située, du rapport critique entre pratique de l’idéalisme et prise sur le social, articulation pragmatique au social.

Il y a, c’est heureux, ces canaux riches multiples foisonnants, toute Une culture tout un faisceau de cultures, encore à explorer et découvrir, de modes frayés dans l’histoire par ces gestes et pratiques. Toujours plus impressionnants au fur et à mesure qu’une carrière de lecture et d’action avance, et doit se comparer. La foi qui mène ces entreprises, les gros désirs des individus et des courants du social qui leur donnent leurs opportunités (y compris dans l’opposition y compris féroce), les œuvres – puis encore l’effet lui-même intrigant de la perspective historique, ou effets de la réception et de la lecture et (re-)canonisation au fil des générations, qui précisément fait les œuvres et les légendes. Les œuvres rarement dans leur propre puissance, mais fabriquées révélées autorisées existées par les caprices des déterminations de l’histoire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.