Intelligence roborative d’Anne-Marie Thiesse

Enfin réparant une vieille lacune, je lis : La Création des identités nationales. Europe XVIIIe-XIXe siècle. En me disposant pour la lecture de L’écrivain national, paru en 2019.

Livre pétillant. Éclairant avec puissance. La largeur du traitement, toutes les dimensions de l’Europe, traitement « cosmopolitique du national » et comparatisme des constructions nationales et des indépendances plus ou moins précoces ou longuement contrariées.

Le matelas théorique, et la sûreté idéologique, qu’on sent derrière chacun des apports, cas d’étude après cas d’étude. Maturité quant à la compréhension synthétique de l’histoire du continent, dans ses variations et ses rapports complexes, finesse des contextualisations et traitements. And the wit: sachant l’histoire des pouvoirs qui fait rouleau-compresseur à travers ce siècle.

Fait mouche chaque fois, alors que le traitement reste léger, casuistique, volant de contexte découpé en contexte photographié dans ses instants et ses symptômes. Il y a du récit national, et du récit théorique, en jeu : des propositions faites à la légère, en désinvolture. Non qu’on le prenne jamais défaut. Qualité de la composition, et bonne gestion de la réception.

Et puis alors ces synthèses en catastrophes d’évidence, bonheurs parfaits :

A l’aube du XIXe siècle, les nations n’ont pas encore d’histoire. (133).

Rien de plus international que la formation des identités nationales. (11, première phrase du livre.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.