Humanités – surprisingly, somehow

La question c’est : qu’est-ce qui change ? Qu’est-ce qui se désarticule et se délégitimise, exactement, dans les recompositions innovations tables rases modernisations réformes qui sont notre histoire contemporaine ? « Ma » génération. (Je me dis. Pour essayer de faire sens de quelque chose dans un parcours que je ne veux pas assumer à titre individuel.)

Surprise, de me retrouver, un peu en grisaille, après la glorieuse succession des figures de l’étranger – ma légende professionnelle depuis le comparatisme, traduction, postcolonial et comparé de surcroît, mondialismes, mondialités islamiques – au vieux pied de l’ici disciplinaire, lui-même devenu un peu méconnaissable avec le déroulement idéologique, réactif, des Humanités. Invites diverses ; soit.

Travail à y mener donc : histoire des discours évidemment, et en tant qu’ « angliciste », ce que fait un.e angliciste : histoire des anglicismes, qui sont en period contemporaines classiquement des mondialismes. Récupérer des circuits de formation, resouligner les bifurcations, et les mots d’ordre en action. Observer, également, par la rétrospective alors (mais par le processus contemporain de la désarticulation), l’affaiblissement, le lâchage d’articulations – that’s one part -, et les compositions de pouvoir que celles-ci tenaient, faisaient tenir, faisaient hégémonie.

Etude, aussi alors nécessaire, impliquée, des réactions. Affirmations de valeurs, patrimonialisées alors, comme culture auto-légitimes – Défendre, Princesse de Clèves alors, égérie.

Transitions d’hégémonie. Ici n’est pas le premier moment où une prise analytique par le changement aura été nécessaire. Modèle Tocqueville. Apprendre à faire avec l’histoire. Autrement, par exemple, que Burke.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.