Serge Hamimi sur Anas K. étudiant immolé

Le 8 novembre. Commentaire en éditorial au Diplo de décembre :

Il s’est résolu, selon les mots du Tunisien Abdel Razzaq Zorgui, qui s’était lui aussi immolé, en décembre 2018, à « faire une révolution tout seul. »

(Drôle de trope cette allusion tunisienne ; 2018 ?)

Il s’agit bien des circuits par lesquels peut passer actuellement un acte politique, acte social et expression politique. Et les reconfigurations douloureuses de l’individuel et du collectif.

Ceci en lisant cet après-midi aussi Frédéric Lordon hésiter entre deux « points d’entrée » pour l’activation matérielle politique (expression que lui suggère FEE) : le « nombre » (il veut dire la masse et la classe), ou « l’éthique » (il veut dire les figures philosophiques et militantes, intellectuelles-socialement élites, des mots d’ordre de la « forme de vie », « désidentification » – événement, singularité, « nouveaux modes d’enonciation« , et autres poèmes, si je résume. Comment va-t-il s’en tirer, dans les pages qui viennent ? Référant cette bifurcation des possibles à une distinction historique – il en excuse explicitement l’approximation – entre le collectif dimension exceptionnelle et conjecturale des 60s-70s, et l’individualisme de « l’époque ». A suivre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search