Vivre le pouvoir, soit l’histoire

Vivre le pouvoir. Et une difficulté au n’est pas supplémentaire à l’efficacité du pouvoir : vivre ses surprises, ses englobements – ses mutations désaisissantes. (Lisant Lordon discutant philosophie politique et anti politique, je philosophe je complais en rhétorique.) Admiration de Gramsci, riding the mutations. À quel prix.

Dans l’immense machine de l’histoire(-du-pouvoir), dans le boucan précis du pouvoir qui se présente actuellement ici maintenant je alors, donc dans l’incompréhension et la pré-signification nauséeuse, tenir, peut-on tenir, le fil d’un travail du sens. Y interrompre les flux, y tirer les traits qu’on peut, y poser un pied, y tenter. Discerner des. L’historicisation l’une des modalités possibles, harassante d’ailleurs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search