La danse du pouvoir – Costa-Gavras

Le film politique, Adults in the Room, appuyé sur l’autobiographie de Yanis Varoufakis, visionné hier – en écho à Brexit, The Uncivil War (Toby Haynes, 2019 également). Question du cinéma politique, et d’une exploration cinématographie du politique, et/ou de l’histoire politique.

Ici acte cinématographique marqué, en final, quand le Premier ministre Tsipras arrive dans les locaux de la Commission européenne, chorégraphie de l’Eurogroupe en Pina Bausch, expressionniste.

Qui renvoie mieux sur la longueur du film, rétrospectivement, aux images choisies, façonnées : les acteurs « sosie », les moyens (plus ou moins délibérément, qu’importe) limités, costumes approximatifs qui font simples signaux (et costumes, justement), les espaces lieux du pouvoir traités de la même façon. Et alors on porte l’homologie à l’analyse et au dialogue : bien, le prendre tel, l’entendre et le faire jouer tel, signaux, composition, proposition ; mise en scène. Considération. Considérons.

Ne serait-ce que dans la direction des hexis et habitus du pouvoir. (Motif comique de la cravate proposée, rose, et répété en fin d’œuvre.) Un apprentissage de la vision, exercice de.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search