De quoi cet énoncé est-il le nom ?

Autant je n’aime pas trop reprendre un trope de Badiou (à propos de Sarkozy en 2007 – wow, petit effet d’histoire), autant celui-ci me revient et me retourne dans la tête, plus intensément avec les nouvelles « annonces » récentes, diverses « réformes » cumulatives. Ceci noté donc après l’intervention d’Edouard Philippe présentant les termes déjà ajustés (quelle idée ces ajustements, quelle lecture de la rumeur ? Avec qui le pouvoir parle-t-il ?) de la réforme des retraites en cours.

La question se pose donc plutôt par le revers – lutte franche et directe plutôt qu’indignation sur les contenus, qu’on perd du temps à considérer. (Besancenot interrogé sur BFMTV arrive directement ici : l’argent est largement là, c’est d’égalité et d’égalisation qu’il s’agit, radicalement ; l’effet qui se dégagera de ce recentrage de point de vue est celui de montrer les rivalités montées entre classes de retraitables et autres « régimes spéciaux » sont exactement les distractions des passions qui servent à masquer la provenance et la signification de l’attaque, qui est de capture.)

Les questions actives sont donc : pour qui, et pour quoi. Qu’est-ce qu’un acte politique, de gouvernement ? Édiction.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.