Sociologie du révolutionnaire – individu et nombre

Voilà une petite agrafe, ou au contraire le décrire comme un petit décrochage (physique de la critique, exactement ordinaire) : Frédéric Lordon qui se laisse aller à suivre les logiques de ses propositions « macroscopiques » pour un devenir de l’institutionnel, Vivre sans ?, 254 :

Il est certain que le renversement de masse est souterrainement préparé par une série de décrochages individuels. … Pour autant, jusqu’où l’épidémie peut-elle se propager ? Qui peut-elle saisir ? Dans quels groupes sociaux le modèle de la défection est-il le plus actif ? — certainement as dans tous identiquement.

Il reste toujours la sociologie des défections et donc des révolutions. Au moment-même où les places et les classes commencent à être au moins interrogées, sinon nécessairement redistribuées. Les classes disponibles pour des basculements. Des individus dans des classes, qui font basculer, aussi, autre profond mystère du social.

Car il y a aussi une révolution de la sociologie, opération inverse : où la socio-logie se déprend et se trouve confondue, par le changement historique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search