Goffman – rituel et politique

Agréable – par quelle tendresse historique mais aussi quelle tendresse condescendante – de prendre l’impertubabilité éthologique d’Erving Goffman en défaut avec ces marques nombreuses (elles ne sont pas cachées, pas considérées comme fautes et donc même affichées, comme réalisme) de contexte social spécifié, avec toutes ses questions morales, substantielles, non déshumanisables, par psychologie sociale éthologique : les gangs violents, leurs jeunes porto-ricains dans les écoles américaines, le programme spatial, « vogue actuelle de la ‘thérapie de groupe’ », 69.

Mais c’est sans doute moi qui suis la cible de l’humour, la comique : c’est bien de cette attention aux mouvements subtils, « rituels » alors, d’une socialité toujours bien traversée par des problèmes, lignes de faille, politiques. Reste à voir ce lien s’incarner, quand même. Il est laissé au lecteur so far, bâillant.

Ma question est donc : une sociologie contre le politisme, bien, mais que fait-elle du politique ? Quelque chose comme ça.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search