La guerre des programmes : cambouis, sa joie

Archive et documentation, et déballage affecté et polémique, de Serge Cospérec, sur l’Enseignement de la philosophie, une réforme impossible ? (1975-2020). Publié par Lambert Lucas.

Ce que j’y aime : le cambouis d’un problème particulier, noeud, qui se noue et se retourne au fil des décennies – qui continuent à se documenter et s’épaissir en histoire du savoir-pouvoir. L’angle discipline est toujours parlant, pour les raisons historiques en France bien rappelées par Emmanuelle Sicart (?, dans La Vie des idées ) : autonomie universitaire par le CNU, et ses formes plus anciennes avant lui.

Mais aussi : les mots et pierres de touche de la discorde, l’identification de ses acteurs anciens et nouveaux, et des positionnements et radicalisations. Les motivations, les stratégies, les alliance, les coups, publications, déclarations, bifurcations par politisation avec les changements de gouvernement et de ministres. Les fils dont on peut suivre les développements, récits -après la bataille. Les figurations locales et chroniques des rapports autour du savoir. Ce qu’elles racontent de la sociologie, de l’exercice des tensions et luttes qui forment l’histoire, des psychologies collectives des luttes et de la conformation des enjeux. Les acteurs institutionnels, établis en action-transformation, et en configuration, innovation, formation. Comment ces débats informent : les terrains et l’histoire. Comment l’histoire se forme, avec les étonnements de sa machine de genèse. Car ses sujets ne sont bientôt plus ceux qui ont à vivre dans les formes héritées, et y tâtonner du sens, approprier, souvent dans l’ignorance – « amnésie » dit Cospérec, mais aussi effacements, bifurcation de récits, captations, ou retrait concerté des repères.

L’amusement des mots d’ordre implicites révélés dans leur exercice, et des déterminations – humour du social et de l’histoire.

Qui détend en période de lutte frontale (le front est toujours un dénivelé… la métaphore est fausse) : Paris 8 fermée aujourd’hui. En amont et remous continu autour du 5 mars l’ESR s’arrête.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search