Weber – la dimension religieuse

Il reste que j’ai du mal à comprendre quelle explication Weber donne de la religion. En faut-il une ? J’en veux une en tout cas, et Durkheim satisfait ça. Freud y répond, au moins.

Quel “besoin” social de la forme religion ? Les forces invisibles, se situer par rapport à elles ; l’action au-delà de celle des hommes. L’extra-quotidien comme dimension, évolutionnellement construite en rationalisation religieuse. Théorisation du sort, aussi. Théorisation donc de l’action, et son efficacité. Mais pas particulièrement spécifique au religieux il me semble.

La méthode d’explication, comme pour “Le politique”, est génétique : processus humain de la rationalisation progressive, étudié en comparatisme “mondial”. So ? Pas dans cette dimension que peut se placer une détermination de la pluralité des sphères de l’humain et un account de leurs rapports en variation historique : le religieux par rapport (sphères toutes plus ou moins autonomes, discussion marxiste qui doit lui être plus ou moins contemporaine) au social, au culturel, au politique etc.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.