L’institution – Canguilhem, le normal c’est le normatif

Le point de passion – et de casse-tête – est bien l’institution. La courroie, l’interface et transformation, de sujet à social, de langue à discours et performance sociale. Peuple, exactement. L’exigence théorique maximale de ce tenu, ce « continu », les deux pôles sans jamais lâcher, le paradoxe des deux points de vue saussuriens.

cf Canguilgem, et je m’acharne un peu à traverser Le Normal et le pathologique, un peu par hommage à la situation sanitaire, un peu par suggestion CoNRS et les recoins de philosophie des sciences mal illuminés depuis mon phare d’histoire des savoirs, discursivités à situer, et plaisir (et compulsion) des classiques :

Canguilhem, 116 : « L’homme normal c’est l’homme normatif, l’être capable d’instituer de nouvelles normes, même organiques. » Et combien loi (scientifique, de fait et de science) est à distinguer « philosophiquement » de norme (valeur, de « normativité biologique » et de conscience). Question, tiens, de l’indifférence : pas d’indifference dans le vivant.

Wow, 120 :

Le vivant et le milieu ne sont pas normaux pris séparément, mais c’est leur relation qui les rend tels l’un et l’autre. … Un vivant est’ normal dans un milieu donné pour autant qu’il est la solution morphologique et fonctionnelle trouvée par la Vie pour répondre à toutes les exigences du milieu. … Relativement à toute autre forme dont il s’écarte, ce vivant est normal, même s’il est relativement rare, du fait qu’il est par rapport à elle normatif, càd qu’il la dévalorise avant de l’éliminer.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search