L’institution – Canguilhem, le normal c’est le normatif

Le point de passion – et de casse-tête – est bien l’institution. La courroie, l’interface et transformation, de sujet à social, de langue à discours et performance sociale. Peuple, exactement. L’exigence théorique maximale de ce tenu, ce « continu », les deux pôles sans jamais lâcher, le paradoxe des deux points de vue saussuriens.

cf Canguilgem, et je m’acharne un peu à traverser Le Normal et le pathologique, un peu par hommage à la situation sanitaire, un peu par suggestion CoNRS et les recoins de philosophie des sciences mal illuminés depuis mon phare d’histoire des savoirs, discursivités à situer, et plaisir (et compulsion) des classiques :

Canguilhem, 116 : « L’homme normal c’est l’homme normatif, l’être capable d’instituer de nouvelles normes, même organiques. » Et combien loi (scientifique, de fait et de science) est à distinguer « philosophiquement » de norme (valeur, de « normativité biologique » et de conscience). Question, tiens, de l’indifférence : pas d’indifference dans le vivant.

Wow, 120 :

Le vivant et le milieu ne sont pas normaux pris séparément, mais c’est leur relation qui les rend tels l’un et l’autre. … Un vivant est’ normal dans un milieu donné pour autant qu’il est la solution morphologique et fonctionnelle trouvée par la Vie pour répondre à toutes les exigences du milieu. … Relativement à toute autre forme dont il s’écarte, ce vivant est normal, même s’il est relativement rare, du fait qu’il est par rapport à elle normatif, càd qu’il la dévalorise avant de l’éliminer.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search