Écrire – lubies

Peut-être ?, faut-il ?, projeter d’écrire les lubies. Finalement retrouvées, ou légitimitées. Et laisser écrire par tâtonnement de goût, aveugle au sens. Infra. Par le dedans de l’experience, par le bas de la raison. Ici une ethnographie du savoir. Savoirs dominés ? Savoirs … quels adjectifs, justement ? (Oui, NB : ethnographie : ses rapports, doubles aussi, avec les positions dominées.) Le dominé et ses attentions, ses savoirs. Ses positions positionnellement critiques, marges.

Par exemple ce matin : l’intimidation, la perte de moyens et de discours, devant les autorités des comités et responsabilités universitaires. Les prises de parole, les prises d’initiative, les responsabilités. De quoi faites ?

J’y pense évidemment devant la question exiten-professionnelle de l’écriture et même de la publication.

L’essai. Écrire à la Sarraute.

Et aussi de quoi faite, alors, la critique !?

La question est celle du politique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search