Fantaisie Saussure suite : hier j’écrivais :

Prendre Saussure par où il en est. Depuis où il en est.

Pourquoi traduire en effet ?

Une façon, qui m’apparaît : le prendre dans son état de long suspens, long chantier déterminé dans les conditions de travail. Auerbach à Istamboul pendant Mimesis.

C’est ça mon faire, sans doute. Combiner Saussure, former ces grandes articulations, de sujet à société du poème.

Tiens : I know what I know.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search