Histoire littéraire des fantaisies scientifiques : Robert Merton

Tiens, la sensibilité éveillée, je rencontre. Pour les pratiques de bordure entre science et poème, deux récifs de savoir. Deux traditions.

Non seulement Malinowski, dont je suis sur la trace pour son « journal d’ethnographe », soit en vo (va, la vo étant en polonais) A Diary in the Strict Sense of the Term, et publié largement après-coup (par des éditeurs peut-être même d’ailleurs)

mais aussi Robert Merton, dont me parle Mary Douglas dans How I Think :

en fin de carrière aussi, après pleine autorisation professionnelle, une ironie une comédie, une discursivité assumée enfin en mode carnaval : On the Shoulders of Giants: A Shandean Postscript, de petit nom affectueux « OTSOG », 1965. Discursivité est donc interdiscursivité – alors qu’il s’est agit des oubliés de théories et des comédies de leurs redécouvertes. Les impensés sociaux des théories de la société (ou toutes). Autant dire : leurs impensés discursifs.

Et il y va par l’histoire littéraire.

Ha – et bien sûr (je viens de télécharger le pdf), l’édition vient avec une page holographe reproduite, trope autobiographique, trope testimonial, de l’écriture intime, valeur translatée du scientifique. Comme c’est le cas pour le Diary strict de Malinowski donc.

Malinovski l’appelle « strict » – Merton « Shandean », et « postscript ». + une métaphore classique : Shoulders, Giants. Affects, mondes affectifs différents.

Merton s’amuse aussi avec une bibliographie, lieu-même du carnaval on peut le comprendre a priori, («  Onosmasticon or a Sort of Index ») et un index !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search