Sciences humaines PUIS sciences sociales

M’apparaît – alors que je souffle et je crayonne à la présentation des étonnants aveuglements soigneux, pisse-froid, de la « philosophy of science » de Vienne puis des US en passant par Russell – une configuration du rapport entre sciences humaines et sciences sociales.

Car il s’agit de la disparition, sleight of hand, whisshh, de l’histoire et du social, dans ces logicismes et « empirisme radical ». Et alors disparition dans leur présentation historique même, par Dominique Lecourt, de la question du rapport des « two cultures ». (Un repère : repositionnant Hume en référence pour les variations sur l’induction dans la philo of science, p. 53 : « c’est en s’interrogeant sur la notion de causalité dans la perspective de fonder une science – newtonienne – de l’homme, à commencer par celle des pouvoirs et de l’économie de l’esprit », qu’il (Hume) en (l’entendement et la nature humain.e) définit les termes. »)

Lecourt a anti commencé son exposé avec la bifurcation entre philosophie et science. Des racines communes, depuis les physiologoï et Aristote, à leur dérive continentale puis divorcée.

Donc, configuration des sciences humaines et sciences sociales : historique, of course, plutôt que de nature, primo. Et secundo : des Humanités, formes discursives et lettrées des savoirs (avec ses communautés) aux socialismes du pré-XXe siècle. L’invention du social, par l’arasement de la démocratie en Europe. Que le modèle (« newtonien »? Bacon ? Etc autres figures de cette histoire canonique, « Science nouvelle ») scientiste a approché par l’étape préalable, scientificisation des Humanités – vide Foucault ici.

Sciences humaines et sciences sociales ne sont donc pas contemporaines sur une carte des savoirs, mais appartiennent à des cartes successives. On le sait, et pourtant il faut le rappeler pour les opérations (de penser les savoirs).



Citer ce billet
Claire Joubert (2020, 3 mai). Sciences humaines PUIS sciences sociales. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9rl

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search