De quoi X est-il le nom ? Enunciation, stupid

Bêtise d’être restée un long temps à essayer de reconnaître ce qu’il y a dans la satisfaction, le pratique, dans l’expression proposée par Badiou il y a quelques années – De quoi Sarkozy est-il le nom ?, 2003 – et sa fortune depuis.

Je débouche par hasard ce matin, ahh, en lisant tout autre chose. Et par la secousse d’une irritation à gros traits de crayon dans D. Lecourt sur la philosophie (Vienno-américaine) des sciences et les surdités impossibles et  si institutionnalisées – force de ces tropes épistémiques, alors que leur puissance critique est si implosive. C’est que : leur force toute en énonciation, l’énoncé étant si buté et … je vais dire bêtise, obtus, verrouillage. Nelson Goldman presque présenté dans la narration de Lecourt comme enfin un bol d’air après dépenses fabuleuses d’efforts wrong-headed et pétrifiants, acritiques des 1950s : qu’il faille citer H Putman pour déclarer, de enfin Fact, Fiction and Forecast (1954), « Il y proteste, en usant de toutes les ressources de l logique formelle, contre ‘la mode du formalisme à outrance’ » (Lecourt, 61). Oh hear. That was painful.

Donc : tout en institutionnalisation, (et ironie légère, qu’on peut se permettre dans la découverte par Goodman de la dimension de l’entrenchment des prédicats pour leur validité en prévision. Et bientôt le mot « culture » apparaît, et tiens, oh, du langage ordinaire… qui renvoie les concepts de la logique autorisée à une discursivité suffocante, par décontextualisation appliquée, dont on s’est fait une vertu, ou plutôt un pouvoir. Institutionnel. Pour quels bénéfices sociaux-épistémiques exactement ?

Point is : pour une pratique épistémique si préoccupée d’ « énoncés » (tiens, in English?) comme propositions, il s’est agit de réduire au silence toute énonciation. Alors que la philosophie pratiquée est toute d’énonciation.

De quoi est-elle le nom ? Il en va de toute autre chose que d’un mystère idéologique à percer. D’un dévoilement critique. Mais d’une analyse discursive, énonciation particulièrement pure ici. Le « nom » (mot de philosophe, et de rhétorique de « l’intellectuel public »), soit l’énoncé, posé sur quelles pratiques sociales du discours.

Etat de la science états-unienne des 1930-1950s ; US terre d’exil des intellectuels et universitaires d’Europe centrale et orientale, et juifs ; war culture, puis cold culture, pendant que développement de Big Science et assomption de l’hégémonie, après-guerre. Maillage des sciences américaines, encore lestées par leur qualité coloniale et verte et démotique (et d’aristocratisme pour les étudiants ayant fait le Grand Tour en Allemagne – Du Bois – et en Grande-Bretagne, Parry en France), avec les nouveaux apports des sciences chargées d’histoire européenne.

Cette mosaïque en institutionnalisation. Money, foundations, Etat… bientôt le militaro-industrial complex, déjà le Manhattan project. Etc.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search