La critique et la joie – Merton intempestif, mesure de « shift »

La question est de trouver la joie qui est possible dans le « paradigme » scientifique actuel.

Qu’on puisse assez bien repérer la source, toute la zone même, de la joie chez Merton, devrait pouvoir faire déboucher par l’homothétie sur les coordonnés des affects des situations présentes. Si on parie sur l’histoire et  le savoir un peu accumulé quand même de ses tours.

« Paradigme » : une proposition de Merton d’abord, (he is careful to remind us, Afterword à Serendipity) avant de prendre forme plus classique plus « institutionnalisée » chez « Tom Kuhn ». Merton en fait une proposition conceptuelle pour la sociologie, et en pluriel (« middle-range » mode as ever, a humour of science) ; Kuhn pour l’histoire des sciences, et en mode majeur, totalisant : dominant. Qui permet la dimension historique (« paradigm shift », mais qui n’est pas non plus l’articulation complète et puissante que fait Gramsci avec l’ « hégémonie ». Gramsci écrit entre 1929 et 1935. Merton « virtually living in seventeenth-century England » pendant ces années mêmes, pour déboucher dans les premières publications en 1938. Sa thèse publiée cette année même je crois. Gramsci un autre contemporain de Merton donc – a ajouter au spectre contextuel, en précisant les décennies et les générations étagées : Canguilhem et même Bachelard, Kuhn, Benveniste, Harold Bloom, le Joyce de Finnegans Wake (Merton le cité explicitement, dans Afterword Serenpidity)

Donc la joie : pour Merton, en temps de Bigging Science et de positivisme « « statunitense » (Serendipity 257 !), toute cette infinie bande de jouissance au bord de la norme – jouissance de la dysfonction, la « déviance », et toutes les surprises de l’histoire découverte comme « non-linéaire ». Oblitération, serendipity, « unintended consequences »…

Cette joie-ci a un de ces visages d’innocence qu’on voit aux portraits bien groomés bien propres de la société américaine des 50s-60s, visages du pouvoir, géopolitique de guerre froide, prospérité agressive aux dents parfaites, conforts – non dénués d’ingrédients hérités de la Grande Dépression et de l’aide publique post WW2 aux immigrations et à la transformation des GI en capital scientifique. Il faut en recalculer la sociologie en hégémonie. (West Side Story : « I’m a social reject », officer). On peut reconstruire ça.

La tâche que ça rend alors possible, et intrigante : quelle joie en condition épistémologique contemporaine ? Et comment, en prenant par la joie, continuer à saisir l’animal de cet état, et ses courroies, ses dominations, ses  possibles de résistance,

J’avais aimé le modèle polémologique imaginé par Nadine Gordimer dans A Sport of Nature (« happy for battle ») – et d’ailleurs dans des termes savoureusement anglais et intempestifs. (Tiens, tel sociologue récemment croisé parle de balistique sociologique : pour rendre compte des trajectoires des acteurs dans les « champs de forces » de « l’argumentation ». Cf.)

Assez du jugement dans la critique – je souffle, là. La lutte, je rends mon gant. L’option suivante est d’un autre idéalisme, autre utopisme, ou pratique du sens : l’ironie, le débrayage. Deleuze et Guattari, vers la clinique contre la critique. Nietzsche un OTSOG pour eux, pour la fin du jugement. Et les joies de l’affirmation, schizo. J’aime le wit, si économique, d’un tel renversement en pichenette. Je l’otsoge avec le rire classique, les âges de l’esprit, âges d’absolutismes politiques cela dit. Donc un bon nœud à travailler. La JOIE.

F. Lordon est joyeux, en ligne de fidélité à Spinoza. Les autres sont peu nombreux. À ouvrir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search