Weber pour l’islam contemporain

Très gros effort de synthèse, et d’orthopédie profonde de lecture, pour activer Weber dans un travail sur le religieux, Mondialités islamiques, littératures du monde musulman, états de l’islam contemporain en guerres internes et hostilité “civilisationnelle” agressive de l’extérieur.

Concepts disponibles :

. les besoins religieux : mondains, des laïcs, différenciés par classes (les rois et le populaire sont les pôles que Weber distingue régulièrement), en négociation et lutte avec les intérêts des prêtres, car comprenant des besions de type magique.

. question des innovations et réformes : toujours par des extérieurs, non-prêtres. Du côté des prêtres, fonctionnaires du rite et de sa qualité magique, il s’agit du figé et de son soin, mission de gardien. Question alors des conservatismes, et des révolutions éventuellement comme retour à la pureté originelle de la doctrine et de son éthique (Luther ex.). Ouvre la dimension des conflits des intérêts.

. le rapport entre doctrine et conduite de vie (sociale) – et magie

. les effets de communauté – ici le plus large et donc difficile à polariser

. la genèse singulière de l’islam, comme celle (régionalement voisine et partageant des conditions historiques, d’où un potentiel de comparatisme particulier, secured by l’histoire génétiquement commune de ce qui devient avec l’islam les “religions du Livre”) des “Israélites” – le terme préféré par Weber, dans le sens d’une historicisation soulignant la dimension politique et de politique étrangère spécifique au judaïsme. De même donc, les conditions politiques et sociales de la prophétie de Muhammad.

Il faut donc aussi situer l’effort de Weber (la puissance de son originalité, dans l’état de la science d’époque) par rapport aux travaux XIXe et début XXe sur les religions : le passage au comparatisme et au “mondial” (via orientalisme et colonialité), les enjeux et conflits de la sécularisation (Weber ici, “désenchantement”, mais aussi persistances de la magie), l’histoire entière où les “religions comparées” sont un épisode clé – modernisation épistémologique XIXe, sur laquelle Weber et al. viennent ajouter une modernisation, la Modernité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.