Public, audience, interlocuteurs de la « recherche » : Autres

Tiens, une note. Après lecture un peu ébahie de Merton écrivant avec Lazarsfeld sur la propagande (point de vue de l’État, contrôle, pouvoir) – mais soulevant la question des effets (comiques) inattendus de la recherche-contrôle dus aux ingrats mouvements et complexités des publics… Question donc des publics.

La note : peut-être le poids devenu insupportable est-il celui du public implicite, épistémologiquement (institutionnellement I mean) orthodoxe, de la « recherche » (dans les conditions où je la poursuis : université française des années 1990-2020s, discipline singulière, dispositions individuelles). Indifférenciation et totalité, supplémentaire à son caractère toujours plus minoritaire. Avoir à expliquer, à l’absolu d’une culture scientifique minimale commune. Imaginée comme. Devant laquelle la situation d’enseignement est précisément autre – surtout quand pratiquée à Paris 8 : au spécifique des relations de sens, ici et maintenant, toujours en découverte et construction.

Où je reviens à la remarque de CS : la question de l’universalisable, pour la publication.

Le poids – ici situation personnelle, mais où quelque chose se donne nécessairement à lire, dans son petit réseau local, d’un état social – de cet Autre en surveillance, surmoi. Où passent aussi (aussi et non pas seulement) les masques grotesques de LRU, LPPR, classement de Shanghai, et arsenaux harnachements successifs de la politique des sciences du temps.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search