Traduire en français : la langue ici

Aimer aussi l’entanglement, la brasse, dans la langue française, que constitue l’entreprise de traduction (OTSOG, depuis profond dans l’automne dernier). Être ici : l’expérience est à front renversé de décennies de pratique, elle a son exotisme, et certainement sa curiosité et sa saveur. Fraîcheur aussi, de retrouvailles peut-être – c’est plus compliqué que ça. « Plus d’une langue », toujours. Et les feuilletages de « ici ». Mais aussi son aimant, centripète.

Amour. Délice, surprise, de retrouvaille et de verfremdung. Et oralité : le repos profond de cette dimension, où l’attention peut être concentrée et attuned, – point d’ironie, et à vrai dire de comédie, car ce n’est pas une souffrance : combien il faut de mots étrangers pour commenter la relation au français. Le repos au rythme propre, qui entraîne et tisse et implique, musique et danse, en contraste des « discours » interpelant, fichant. Exigeant une subjectivité identique, identifiée identitaire. (Tiens, je suis juste ce matin installée à lire Eva Illouz : sur les tyrannies du « choix », mode culturel des subjectivités néolibérales).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search