De quoi le nom : question d’énonciation

Un peu arrêtée à cette formule, ces derniers mois ou années, et de sa transparence, sa luminosité : de quoi X est-il le nom ? Forgée par Badiou par exemple, à la petite circonstance (sic transit les écrits de circonstances qui prennent les circonstances pour l’histoire – comment faire autrement ? Il y a des options) de l’élection de N Sarkozy.

Or simplement c’est : de quelle énonciation est-ce l’énoncé ? Et on est de suite dans la critique et l’histoire : leur maillage, l’historicité.

Ce matin, quelque temps après assassinat de Samuel Paty, décapitation orientaliste spiritualiste terroriste, Jean-François Bayart très bien sur FCulture, à propos des sens à lire dans les voix d’indignation appelant au boycott de produits français (Turquie d’Erdogan en tête) dans des pays musulmans. Islamisme dans le Sahel, par ex, venant après violence de l’intervention militaire française autour de 2007-2008, et en période historique de crise agraire. Les 2 écueils en Ch et Scylla, pour rendre compte du jeu du religieux dans les déterminations historiques : ni « sur-interprétation par le religieux » (il cite P Veyne pour réf ici), ni matérialisme sourd aux résonances religieuses (culturelles) des événements historiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search